SPEEDWEEKS 2014: DAY 15 TO 16: LA COURSE QU’IL NE FALLAIT PAS RÂTER…

Nous avons peu dormi dimanche matin car nous avons du, pour la dernière fois, changer d’hôtel avant d’aller à Daytona pour la « 500 ». Cette fois ci nous avons pris la route « 95 » plus longue mais moins encombrée (ça a du bon d’être là pour la 5 ème fois). Toute la route le soleil nous a accompagné mais en arrivant sur l’international speedway on pouvait apercevoir dans le fond l’arrivée de gros nuages. Charly, Thierry et Willy sont partis de leur côté pour rejoindre les tribunes alors que moi et Christophe avons rejoint les pits pour faire les photos de nos pilotes favori (j’en ai qu’un et c’est Jeff Gordon !). Sur place on est surpris du nombre important de « Hotpass » et on a décidé de ne pas rester ici pendant la course car nous n’aurions pas eu la possibilité d’être contre le mur. Donc après avoir fait pas mal de belles photos de Jeff avec l’hymne et le passage des F16. Ensuite nous avons repris une des deux voitures de location pour rejoindre le camping car des gens super sympas qui m’avait laissé grimpé sur un escabeau dans le virage 1. Super sympas deux fois car dés qu’ils m’ont vu arriver j’ai eu droit à manger un genre de soupe bien épaisse avec du bœuf, de la tomate, des poivrons, et des haricots. Tout ça cuit sur un barbecue géant. Ensuite bien évidemment l’escabeau était toujours à ma disposition.

La course a bien démarré à l’heure mais le temps était franchement à la pluie. Après 38 tours la course a du être arrêtée car la piste devenait glissante. La pluie s’est de plus en plus intensifiée jusqu’à ce qu’on ne puisse plus voir à 10 mètre. Ca devenait vraiment terrible et même l’auvent du camping car des gens qui nous héberger a cédé. Ayant des nouvelles plutôt négatives de la part de Thierry qui avait perdu Charly on décide, Christophe et moi, de rejoindre la voiture pour se couvrir et se protéger de la pluie qui ne cesse d’être de plus en plus dense. En fait c’était le déluge !!  Une fois dans la voiture on entend à la radio et en même temps sur mon portable une alerte aux tornades !!!  Là on balise un peu quand même car nous avions du soleil un quart d’heure plus tôt avant d’être presque comme en pleine nuit….

Comme Thierry a retrouvé Charly, qui n’a en fait pas bougé de sa place, je décide d’aller les chercher.

Une fois tout le monde réuni la question s’est posé « que fait-on ? » Christophe pensait que ca allait redémarrer ; mais il est toujours très optimiste d’ailleurs il y a deux ans nous avions attendu 6 heures dans l’auto pour devoir revenir le lendemain. Voilà pourquoi on décide tous les trois de rentrer à l’hôtel sur Orlando, certain que la course sera remise au lundi. Bon on a eu tout faux car la course a repris à 20 :30 !! et nous nous n’avons même pas pu intégrer notre chambre car le réceptionniste voulait absolument la carte bleu de Christophe qui était encore à Daytona. Du coup nous avons regardé la fin de course à la télé au bar du « Longhorn ».

Le lundi matin  à tête reposée nous avons reconnu notre erreur de ne pas être restés sur place d’autant plus que cette course a été la plus disputée depuis plus de 20 ans.  Pour se remonter le moral nous sommes partis à quatre pour « IHOP » et y ingurgiter un super breakfast. Nous avons réussi à fédérer Willy et Thierry qui n’en revenaient pas de la qualité, de la quantité, d’un prix très raisonnable et d’un service super efficace. La journée se passera entre sieste, balade et shopping de dernière minute. Nous finirons tous les cinq au T.G.I Friday pour la dernière soirée de notre voyage et nous y avons tous apprécié la bonne cuisine que nous y avons dégustée. Le retour se fait assez tard et seul Christophe et Willy continuent la soirée par une énorme glace. Pour les autres c’est la dernière touche à la vérification de nos bagages.

Le lendemain matin nous sommes retournés à quatre pour le dernier breakfast et avons attendu le départ tranquillement sur les chaises longues au bord de la piscine.

La conclusion de ce voyage Speedweeks 2014 est très positive même si le programme n’a pas pu être totalement respecté tout le monde a été très enthousiaste et souhaite y revenir rapidement.

Ici s’achève notre voyage dans le monde où les moteurs V8 sont légendes avec des courses mythiques et des voitures de rêve.

***Copyright Xavier Verquin 2003-2014***